TITRE DU PROJET

Création d’un marché pour le développement et l’utilisation des ressources du biogaz en Guinée

N0 IDENTIFICATION PROJET : 00094115

LIEN AVEC LE CPD PNUD 2018-2022 : Produit 2.4 : Les ménages des villes et villages ciblés ont un meilleur accès aux technologies de substitution, aux énergies renouvelables et à un environnement propice à un mode de vie sain.

BUDGET : FEM: 2 647 706 USD / PNUD : 500 000 USD

BAILLEURS : Fonds Mondial pour l’Environnement (FEM) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)

ZONE INTERVENTION : Le territoire National (dans 28 Préfectures)

DURÉE : 2016 – 2019

BÉNÉFICIAIRES/CIBLES :

  • Les constructeurs de biodigesteurs, producteurs de composants, techniciens d’entretien et fournisseurs de matériels ont bénéficié de formations complètes certifiées. De plus les constructeurs/maçons sont dotés par le projet de meilleures compétences commerciales et ont été appuyés dans la création et la formalisation de leurs entreprises leur permettant de mieux exploiter leurs petites sociétés et de commercialiser les biodigesteurs.
  • Les capacités des ménages agro pastoraux ainsi que des institutions commerciales, communautaires et industrielles à exploiter et entretenir les digesteurs à biogaz et à transformer le lisier issu des bio digesteurs en produits de qualité sont renforcés. En outre, ces ménages ruraux bénéficient de biodigesteurs domestique et d’étangs piscicoles.

PARTENAIRES DE RÉALISATION : Ministères en charge de l’Environnement, de l’Agriculture, de l’Elevage, de l’Energie, de la Coopération, des Finances, de la Pêche, du Plan, de la Recherche scientifique), Organisations de la société civile

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Les principales sources d’approvisionnement énergétique de la Guinée sont la biomasse (80 %), les produits pétroliers (18 %) et les ressources hydriques (2 %), et ce en dépit du fort potentiel hydroélectrique du pays. Le principal potentiel du pays en matière d’énergie renouvelable réside dans la biomasse et les ressources hydriques, puis dans l’énergie éolienne et solaire.

La biomasse, sous forme de bois de chauffe et de charbon, constitue la ressource en énergie renouvelable la plus importante utilisée en tant que principale source d’énergie domestique pour la cuisine. En milieu rural et périurbain, les ménages utilisent essentiellement du charbon ou du bois pour la cuisine. Selon les données disponibles pour l’année 2012, presque 100 % des ménages ruraux ont exclusivement recours à du bois de chauffage et 20 % des ménages urbains ont recours à du bois de chauffage et/ou du charbon pour la cuisine.

Ce recours massif à la biomasse contribue à la diminution rapide des ressources forestières du pays, favorisant la déforestation. Le gouvernement n’ignore pas que la grande dépendance du pays à l’égard de la biomasse forestière pour la majorité des besoins énergétiques de la population, aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain/périurbain, n’est pas soutenable.

Étant donné l’abondance des déjections animales, des déchets agricoles et d’autres formes de biomasse non forestière, les technologies à base de biogaz utilisant ces sous-produits agricoles constituent une alternative intéressante, en tant que combustible pour la cuisine et lisier pour l’engrais. De plus, une utilisation accrue du biogaz, en lieu et place de l’utilisation de biomasse forestière, réduira la pression exercée sur les ressources forestières et l’utilisation non durable des terres.

La première communication nationale à la CCNUCC élaborée en août 2002 a indiqué que le secteur énergétique était le secteur responsable de l’essentiel des émissions de gaz à effet de serre (GES). En l’absence de mesures d’atténuation et avec l’augmentation de la déforestation provoquée par la consommation de bois pour la cuisine, on peut s’attendre à ce               que les capacités d’absorption des forêts diminuent au cours des années à venir. Par conséquent, le recours au biogaz pour la cuisine et l’éclairage au niveau domestique constitue l’une des options envisageables comme mesure que souhaite adopter le gouvernement afin d’inverser la tendance à l’augmentation des émissions de GES liées au secteur énergétique domestique/commercial.

OBJECTIF GLOBAL :

Le projet vise à réduire les émissions de GES liées à la consommation d’énergie à usage domestique. Il établira un marché viable et efficace pour la commercialisation et l’utilisation généralisées de technologies à base de biogaz en Guinée par la création d’un marché de biogaz domestique, de biogaz institutionnel ainsi qu’une expertise locale en matière de fabrication et d’installation de digesteurs. Durant sa période de mise en œuvre, le projet devrait générer des bénéfices mondiaux directs de 19 000 tCO2 en réduction des émissions de GES et 161 100 tCO2 en réduction des émissions de GES sur les 20 ans de fonctionnement des biodigesteurs.

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES

  1. le développement d’un cadre politique, institutionnel, juridique et réglementaire adéquat ;
  2. la consolidation d’une chaîne d’approvisionnement en technologies à base de biogaz durables et abordables ;
  3. des capacités et une sensibilisation accrues des institutions de micro finance et des consommateurs afin d’adopter des technologies à base de biogaz et de miser sur leurs retombées économiques et environnementales.

PRINCIPAUX RÉSULTATS ATTENDUS

  1. Un cadre politique, institutionnel, juridique et réglementaire simplifié pour l’utilisation du biogaz en tant que source durable d’énergie renouvelable est formulé.
  2. Les investissements en technologies à travers des mesures incitatives financières adéquates servant de catalyseurs aux promoteurs de projets sont promus.
  3. Un programme visant à soutenir la croissance d’un marché de fournisseurs et d’utilisateurs de biogaz et ses effluents, dans la perspective d’une amélioration globale des moyens de subsistance est défini.

PRINCIPALES ACTIVITÉS

  1.   Obtenir le Décret portant sur le cadre Juridique et réglementaire d’utilisation des ressources du biogaz en Guinée ;
  2. Construire des biodigesteurs et atteindre les cibles de 2000 domestiques et de 10 institutionnels ;
  3.  Accompagner les acteurs de la filière biogaz dans le cadre du développement d’un marché viable de la technologie du biodigesteur ;
  4. Promouvoir l’utilisation à grande échelle de l’engrais organique issu des effluents des biodigesteurs ;
  5. Sensibiliser, informer et communiquer sur les avantages de l’utilisation du biogaz par les communautés dans le cadre de la préservation de l’Environnement et la promotion d’une agriculture durable ;
  6. Consolider les acquis du projet biogaz dans le processus de coopération sud-sud.

PRINCIPALES RÉALISATIONS

Les principaux résultats déjà atteints par le projet incluent :

  1. L’accès au gaz de cuisson et d’éclairage pour 1217 ménages dans 135 communes rurales/communes urbaines ;
  2. L’installation de 2 biodigesteurs industriels ;
  3. La formation de 222 maçons et 6 encadreurs techniques déployés dans 28 préfectures ;
  4. La formation de 57 vulgarisateurs agricoles pour l’utilisation des effluents du biodigesteur en engrais organiques.
  5. La durabilité et la reproductibilité des acquis du projet sont favorisées par les échanges Sud-Sud et par la ratification de la Guinée de la Convention sur l’alliance pour la promotion de la technologie du biodigesteur en Afrique de l’Ouest et du Centre.

COMPOSITION DE L’ÉQUIPE DU PROJET

  1. Un Coordonnateur National du Projet ;
  2. Un expert National en charge de la Technologie du biogaz ;
  3. Une Experte Nationale en charge de la communication ;
  4. Une Assistante Administrative du projet ;
  5. Un Agent coursier ;
  6. Un chauffeur.

CONTACTS

Mamadou Ciré Camara, Chargé de programme

Email : mamadou.cire.camara@undp.org

Tel : + 224 622 02 94 74

Mamadou Saliou Boiro, Coordonnateur National

Email : mamadou.boiro@undp.org

Tel : + 224 664 39 00 23 / + 224 621 52 26 95