LE PROJET PADAHMG

La Guinée et le PNUD lancent un nouveau projet pour contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations en Haute et Moyenne Guinée

Le Gouvernement Guinéen et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ONU Développement, ont procédé au lancement officiel du « Projet d’Appui au Développement de l’Aquaculture en Haute et Moyenne Guinée ». La cérémonie a mobilisé en visioconférence les partenaires de mise en œuvre du projet (autorités administratives, membres du Comité de Pilotage, représentants des institutions techniques et financières, de la société civile et du secteur privé).

Financé à hauteur de Trois millions cent trente-cinq mille dollars US (3.135.725$ exactement) par la Russie et le Japon avec le concours PNUD, et une contribution du Gouvernement Guinéen pour une durée de trois (3) ans, ce projet est initié par le Ministère des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime à travers la l’Agence nationale de l’aquaculture de Guinée (ANAG). Il vise l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle par le développement de la pisciculture dans les zones rurales en Haute et Moyenne Guinée.

« Je constate avec satisfaction que l’ampleur importante de la coopération avec le PNUD en fasse le principal partenaire de la Russie dans l’assistance au développement de la République de Guinée parmi les organisations de la famille des Nations Unies. Le Projet d’Appui au Développement de l’Aquaculture en Haute et Moyenne Guinée est actuellement l’exemple frappant de cette coopération » a indiqué l’Ambassadeur de la Fédération de la Russie S.E.M. Vadim RAZUMOVSKIY.

Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, 35 sites Piscicoles vont être aménagés pour contribuer à accroitre la disponibilité du poisson sur le marché local, diversifier et augmenter les sources de revenus des femmes et créer des emplois pour les femmes et les jeunes dans les zones concernées. Il s’aligne sur les priorités nationales en matière de lutte contre la pauvreté, l’insécurité alimentaire et la vulnérabilité et contribue directement aux objectifs de développement durable notamment Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde (ODD1), Éliminer la faim et assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle (ODD2) et Réaliser l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et filles (ODD5).

Pour le Représentant Résident du PNUD, Luc-Joel GREGOIRE, « la mise en œuvre du projet est d’une importance sans précédent et répondra aux besoins réels des communautés y compris les groupes les plus vulnérables, en particulier les femmes et les jeunes, à travers la résilience et l’adaptation aux changements climatiques et la promotion de l’économie bleue et de ses potentialités pour la Guinée ».

Présidant la cérémonie au nom du Ministre, le Secrétaire Général du Ministère des Pêches de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime, Sophiane SANKHON a rappelé que « le projet est la réponse à une situation d’insécurité alimentaire et nutritionnelle remarquable dans les zones rurales de la Guinée composées de plus de 75% de la population, surtout chez les femmes et les enfants. Et ce, malgré un potentiel aquacole important ».

Le poisson fournit 40% des protéines animales consommées en Guinée alors même que les captures marines connaissent une baisse considérable et que leur rôle dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population va décroître, dans les années à venir, compte tenu de la croissance démographique. De même, en raison de la dégradation environnementale, la pêche continentale est de moins en moins fructueuse.

La pisciculture apparait comme l’alternative la plus importante pour la satisfaction durable de la demande des populations en poisson, notamment pour celles de la Haute et Moyenne Guinée, où l’approvisionnement en poisson de pêche maritime et continentale est souvent irrégulier.

Laisser un commentaire