PROJET AbE

« Nous sommes devenues autonomes, et cela on le doit vraiment au projet AbE… » témoigne N’na Amie Dioubaté, Présidente du groupement ‘’Môgnouma’’

Le Projet « Adaptation basée sur les écosystèmes des communautés vulnérables de la Région de Haute Guinée (AbE/HG) » financé par le ONU Développement et le GEF a aménagé un périmètre maraîcher de 3,5 hectares, équipé d’un forage avec un système de pompage solaire, en faveur de 4 groupements d’intérêt économique (GIE) de femmes dans la localité de Sangardo, préfecture de Kissidougou.

N’na Amie Dioubaté est présidente d’un des GIE de 30 femmes dénommé “Môgnouma’’. Son groupement travaille sur ce périmètre maraîcher avec trois autres composés de 110 femmes .

Témoignage: « Aujourd’hui, nous sommes très reconnaissantes de l’aide que le projet AbE nous a apporté. Grâce au projet, nous sommes devenues autonomes et notre groupement parvient à encaisser de l’argent à la fin de chaque mois.

En vérité, avant l’arrivée du projet ici, nous vivions misérablement et nous étions toutes dépendantes de nos différents maris. Mais lorsque le projet est venu, tout a changé pour nous. Au début, nous n’avions pas accordé de crédit, car pour nous, c’était un mirage qui ne tarderait pas à disparaitre, comme cela a été toujours le cas par le passé.

Mais pour ce projet, c’est du concret! Nous l’avons su dès le départ. Tout ce que l’équipe du projet nous a promis, a été réalisé. Comme vous le voyez, nous avons bénéficié de ce vaste périmètre maraîcher doté d’un forage avec un système de pompage solaire pour l’arrosage de nos cultures maraîchères. Le domaine a été aussi sécurisé par des grillages pour éviter que des animaux y entrent. Par dessus tout cela, nous avons reçu des arrosoirs, des dabas, des pioches, des brouettes et un système de petites caisses. Ce matériel mis à notre disposition, nous a permis, avec les autres groupements, de mettre en valeur des cultures maraîchères et vivrières.

Après chaque récolte, nous exposons nos produits à la vente à prix abordable. Cela soulage beaucoup de foyers et les permettent même d’acheter d’autres produits supplémentaires. L’argent que nous recueillons à la suite des ventes, est aussi donné à crédit à celles qui désirent faire le petit commerce. A la fin de chaque mois, elles versent un intérêt de 10 000 francs guinéens sur un prêt de 100 000. Ensuite, nous collectons ces intérêts et nous les mettons dans la caisse locale que le projet AbE nous a donné. A la fin, nous nous retrouvons avec 4 à 5 millions de franc guinéens.

En vérité, cette caisse est un véritable moyen pour nous de bien gérer notre argent et augmenter notre revenu. Nous l’avons dénommé « Siningnèssi » du français « prévoirdemain» à cause de son importance. Aujourd’hui, nous avons réalisé beaucoup de choses avec cet argent et contribué à assurer l’autonomisation de nombre de femmes du village.

Nous ne discutons plus avec nos maris pour des problèmes de dépense, aussi nos enfants ne souffrent plus pour les petits frais de scolarité et la paix est revenue à la maison. Bref, nous sommes devenues autonomes, et cela on le doit vraiment au projet AbE, qui nous a apporté son aide financière et technique ».

Laisser un commentaire